La Cuisine au Beurre du Chef Isaac

04.05.12
Par Juanito
isaac-hayes_hot-buttered-soul

Peut-être Isaac a-t-il été inspiré par la dégustation d’un kouign amann… Sur l’influence bretonne de l’oeuvre, les exégètes de l’artiste se disputent encore le bout de gras sur cette affaire, tentant de faire la part du vrai et du lipide… Mais fort de cette révélation gustative, Isaac Hayes mettra donc du beurre dans les épinards de la soul, le sillon de son vinyle sera suintant de groove. Mais nulle goinfrerie ici, nous sommes conviés à la table d’un gourmet, «Hot Buttered Soul» révèle une cuisine bien plus fine que grasse.

A l’égal d’un «What’s Going On» de Marvin Gaye, l’album est autant fondateur qu’il révolutionne la soul. Isaac Hayes sort le genre de son format 3 mn pour le dancefloor et les charts. Un événement tragique viendra frapper à la porte de son destin, fin 1967 Otis Redding meurt à 26 ans, le label Stax perd sa grande vedette en plus des droits sur son catalogue pour une sombre affaire juridique. Stax incite alors ses artistes à sortir des albums pour compenser cette terrible perte, Isaac en profite pour imposer une totale liberté artistique. Il ose des œuvres de 18 mn et des orchestrations qui se cherchent dans le symphonique.

Tout le génie du musicien éclate dans la reprise du morceau de Burt Bacharach «Walk on By» popularisé par sa muse et chanteuse Dionne Warwick. La version 12 mn d’Isaac Hayes réussit à transcender le standard… Quant aux 18 mn de « By the Time I Get to Phoenix » elles sont une lente, superbe et inexorable montée vers une apothéose soul.


Isaac Hayes «Hot Buttered Soul» (1969, Stax)

« Walk On By »

« By The Time I Get To Phoenix »

 

2 commentaires

    1. tiphaine le :

      alors là Juanito tu dépasses les bornes des limites…
      ton « by the Time I Get to Phoenix » est une véritable incitation à la luxure.
      moi qui avait décidé d’entrer au couvent ..
      il est mortel ce titre
      risqué en groupe sinon ça se transformerait en soirée FMI , à écouter dans l’intimité !

    2. juanito le :

      Je dois avouer que j’ai hésité à le mettre en ligne.
      Une telle profusion de luxure, un appel éhonté au déchainement de libido et tout ça entre les 2 tours des présidentielles…
      N’aurais-je pas dû respecter une certaine réserve électorale?
      Mais la chair est faible et le plaisir si bon…
      :-)

Laisser un commentaire

Commentaire