Les Humanités de Gorillaz

04.05.17
Par Juanito
Gorillaz - Humanz

Le 19 janvier 2017, sombre jour qui a vu l’investiture du président Donald Trump, Gorillaz publiait Hallelujah Money avec Benjamin Clementine, salvateur clin d’oeil autant que début de la promotion d’un futur album attendu depuis des années.

Il y a près de vingt ans apparaissait un groupe bien mystérieux constitué de quatre musiciens virtuels formant Gorillaz. Un projet porté par Damon Albarn, chanteur de Blur, et Jamie Hewlett, graphiste et musicien. Le son autant métissé que racé de Gorillaz marquera la partition et les tympans de toute une génération.

Après son album solo Everyday Robots en 2014, et un autre avec son ancien groupe Blur en 2015, Damon Albarn reforme Gorillaz avec son vieux complice pour un cinquième album Humanz. Le tout accompagné d’une impressionnante liste d’invités: Vince Staples, De La Soul, Grace Jones, Mavis Staples, Benjamin Clementine…

Si l’ensemble ressemble plus à une partition rapiécée de tant de contributions qu’à une oeuvre cohérente, Humanz semblant même parfois vampirisé par ses invités, certaines collaborations sont excellentes.

Gorillaz « Humanz » (2017, Parlaphone Records)

Gorillaz and Vince Staples « Ascension »

Gorillaz and De La Soul « Momentz »

Gorillaz, Mavis Staples and Pusha T « Let Me Out »

Gorillaz and Benjamin Clementine « Hallelujah Money »

Une session live d’Ascension au Printworks London

 

Laisser un commentaire

Commentaire