Des Wyatt Plein les Enceintes

04.02.15
Par Juanito
Robert Wyatt - Different Every Time

Robert Wyatt n’est peut-être pas le musicien le plus connu du grand public, il n’en est pas moins un grand monsieur de la partition rock pop des années 60 et 70 en Angleterre, figure connue et reconnue du rock progressif. Le chanteur sort une compilation reprenant certains de ses titres sur un premier volume ainsi que toute une série de collaborations et titres inédits sur le second. Heureuse opportunité de (re)découvrir l’œuvre du chanteur et musicien aux compositions fécondes ainsi qu’une belle carrière sur plus d’un demi siècle qui lui fera croiser la route des plus grands de Brian Eno à David Gilmour en passant par John Cage ou Bjork…

On le découvre au sein de son premier groupe Soft Machine où batteur il introduit ses influences jazz dans la forge psychédélique du rock progressif dont il fut un groupe phare. Le premier volume se poursuit sur son second groupe Matching Mole avant de conclure sur des œuvres personnelles, notamment l’album Rock Bottom, produit par Nick Mason, le batteur de Pink Floyd et la participation de Mike Oldfield qui lui valut la reconnaissance de ses pairs. Le deuxième volume est peut-être encore plus intéressant avec ses collaborations connues ou plus rares si ce n’est inédites. On parcourt, on voyage, du jazz à la pop jusqu’aux terres d’Amérique Latine, et l’on se laisse emporter de pépites en joyaux…

Plus qu’une belle compilation, un superbe parcours musical orchestré par Robert Wyatt lui-même pour le label Domino, aidé par l’universitaire Marcus O’Dair qui sort justement une biographie du personnage. Une personnalité haute en couleur, autant géniale qu’excessive, ses excès de défonce lui valurent d’être viré de Soft Machine ou perdre l’usage de ses jambes lors d’un accident, ruinant sa carrière de batteur. Sa ténacité lui permettra de sortir son album culte Rock Bottom et de relancer sa carrière influencé de jazz et porté par sa voix. Pour la petite histoire, il fut même porte-parole du parti communiste anglais… Je ne sais si l’Histoire retiendra sa participation politique, mais certaines de ces compositions ont une saveur de postérité…

Robert Wyatt « Different Every Time » (2014, Domino Recording)

Robert Wyatt “Beware”(2003)

Matching Mole “God Song”(1972)

Epic Soundtracks “Jellybabies”(1981)

Bjork “Submarine”(2004)

Autre morceau extrait de la compilation, Shipbuilding (1982), titre écrit par Elvis Costello contre la guerre des Malouines dans les années 80.

Autre extrait, Goccia, de la chanteuse italienne Cristina Dona avec la partition de Robert Wyatt au chant et cuivre (2004).

Robert Wyatt dans ses oeuvres de jeunesse au sein du groupe Soft Machine, ici à la batterie et au chant sur le morceau Moon In June (1970).

Tags : -
 

Un commentaire

    1. LRC le :

      Un grand musicien…

Leave a Reply to LRC

Commentaire