Jarre de Cendres

09.04.09
Par Juanito
Maurice Jarre - Lawrence d'Arabie

Maurice Jarre… Sa disparition suscitera peut-être moins d’émotion que d’autres, il  restera pourtant un de nos grands musiciens. Que l’on songe, un instant, à ces 3 Oscars obtenus, pour un frenchy en terre yankee, pas mal…

On lui doit nombre de compositions mais c’est avec “Laurence d’Arabie” qu’il obtient la consécration et son premier oscar. Une partition aux influences classiques, amour de jeunesse du compositeur, qui marque son oeuvre. Un thème lancinant et les orchestrations somptueuses du maestro apporteront leurs lettres de noblesse musicale au chef d’oeuvre de David Lean.

Au titre des Oscars il y aura eu “Dr Zhivago” et “La Route des Indes”, mais à l’éclat des succès je préfère revenir sur la lueur d’un “Soleil Rouge”. Autour de la star japonaise Toshiro Mofune, on retrouve Charles Bronson, Ursula Andress et Alain Delon dans un improbable western de Terence Young. La quête d’un sabre volé, cadeau de l’empereur japonais au président américain… Un western atypique  pour ses codes du genre iconoclastes et la BO de Maurice Jarre mêlant traditions de l’ouest sauvage et du soleil levant.

Et le samouraï sifflera trois fois, l’emportant dans sa danse funèbre.  Poussière tu es et poussière tu retourneras.  Quelque part dans ces dunes foulées par Peter O’Toole il est désormais un grain brillant à nul autre pareil…

Maurice Jarre – “Lawrence d’Arabie” (1963, Silva Screen Records)

“Overture”

Maurice Jarre – “Soleil Rouge” (1971, MCA)

“L’enterrement”

 

Un commentaire

    1. LRC le :

      Et puis il est aussi le papa de notre Jean-Michel national !

Leave a Reply to LRC

Commentaire