N’oublie pas ton Bot’ox

12.11.13
Par Jane Doe

Il est 6 heures du matin. J’ai 39 ans et c’est ma première nuit blanche.

Le jour se lève et il serait grand temps que je m’en aille. Je suis affalée sur le canapé et je regarde mes compagnons de beuverie. Ils ont encore 4 grammes dans le sang. Leurs mouvements, leurs voix, leurs rires sont comme ralentis par l’alcool.
À moins que ce ne soit mon cerveau qui ne fait plus très bien le point. L’un choisit des vinyls à passer en titubant, un autre remplit son verre de vodka sans se rendre compte qu’il est déjà plein et que ça coule par terre, une troisième se trémousse sur la musique, un sourire béat aux lèvres tandis qu’un quatrième se penche sur son décolleté.
Je souris.

Premières lueurs de l’aube. Une voix accompagne les rayons du soleil. C’est beau.
Je demande le nom du groupe : Bot’ox.

Il est 6 heures du matin.
J’ai 39 ans et c’est ma première nuit blanche.

Bot’ox « Blue Steel » (2010, Topplers)

Tags :
 

2 commentaires

    1. Rick le :

      Comme quoi il n’est jamais trop tard pour faire ses premières nuits blanches, good choice Jane!

    2. Jane Doe le :

      Merci ! En tout cas, une bonne alternative aux insomnies de la quarantaine…

Leave a Reply to Rick

Commentaire